chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
194 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Worm - Bluenothing

Chronique

Worm Bluenothing (EP)
Le retour de Worm un tout petit peu plus d’un an après la sortie de l’excellent Foreverglade est évidemment une excellente nouvelle pour quiconque a déjà succombé aux charmes putrides et rances du collectif floridien à géométrie variable. Certes, il est fort probable que personne n’escomptait voir Phantomslaughter reprendre du service aussi rapidement mais c’est pourtant chose faite avec la sortie toute fraîche d’un généreux EP affiché à plus de vingt-six minutes.

Intitulé Bluenothing, cette dernière offrande parue sous les couleurs du label 20 Buck Spin propose de nous faire découvrir quatre nouveaux morceaux dans des registres parfois assez différents mais néanmoins tout à fait complémentaires lorsque l’on connait bien Worm, ses antécédents et les goûts particulièrement marqués de sa tête pensante. Celui-ci, comme toujours d’ailleurs, n’est pas seul dans cette nouvelle aventure puisqu’il est accompagné une fois de plus par quelques musiciens de session. Si L. Dusk (batterie) et Nihilistic Manifesto (guitare) sont toujours de la partie (le premier sur "Bluenothing" et "Centuries Of Ooze II", le second sur "Shadowside Kingdom"), ce EP voit également les participations de Charlie Koryn (derrière la batterie sur "Shadowside Kingdom"), Samuel Osborne (à la basse sur "Shadowside Kingdom") et surtout Philippe Tougas aka Wroth Septentrion (Chthe’ilist, First Fragment, Atramentus, Funebrarum, VoidCeremony...) qui signe ici l’essentiel ou presque des parties de guitares, leads et solos compris.

Pour illustrer ce EP, Phantomslaughter a une fois de plus sollicité les talents de l’Américain Brad Moore qui pour l’occasion livre une oeuvre particulièrement réussie dans laquelle ses visions difformes et grotesques laissent place à des scènes toujours aussi cauchemardesques mais peut-être un peu plus tangibles. En effet, nous ne sommes pas loin du film de genre avec tous ces spectres encapuchonnés, ces immenses chauve-souris et ces décors oscillants entre cimetière abandonné, crypte sombre et humide et paysages désolés...

Sans trop de surprise, la première partie de ce nouveau EP renoue avec ce Death / Doom lugubre abordé dès l’excellent Gloomlord et sublimé sur l’incroyable Foreverglade. Une suite directe qui n’a finalement rien de très étonnant puisque "Bluenothing" et "Centuries Of Ooze II" sont tous les deux issus des mêmes sessions d’enregistrement (il était d’ailleurs prévu que le morceau-titre clôture ce dernier album). On retrouve ainsi tout ce qui faisait déjà le charme de son prédécesseur comme ces riffs lents et funèbres qui nous entraînent six pieds sous terre, ces mélodies lumineuses mais néanmoins sinistres qui évoquent autant la mort que la solitude (encore un gros travail sur ce point avec des passages particulièrement brillants signés d’un Phil Tougas en état de grâce), ce growl profond ainsi que cette voix beaucoup plus arrachée, ces quelques accélérations naturellement bienvenues ainsi que ces nombreuses nappes de claviers (un mélange de voix spectrales et de sonorités un brin désuètes empruntées au siècle dernier) qui confèrent à l’ensemble ces atmosphères résolument macabres dans lesquelles ont prendra toujours autant de plaisir à s’envelopper. Si sur le papier Worm ne propose donc rien de nouveau (les influences de groupes comme diSEMBOWELMENT, Evoken, Thergothon ou Paradise Lost sont en effet toujours aussi évidentes), on continuera malgré tout de se montrer particulièrement enthousiaste face à des titres certes chargés mais toujours aussi bien ficelés. En effet difficile une fois de plus de nier la qualité d’écriture et l’équilibre très juste de ces quelques compositions qui viennent ainsi clôturer ce chapitre de l’histoire de Worm et permettre à Phantomslaughter de s’en aller vers d’autres horizons...

La seconde partie de Bluenothing est ainsi l’occasion pour le Floridien d’évoquer le temps de deux morceaux ce vers quoi Worm risque, je l’espère, de tendre sur son futur album. Une approche effectivement très différente mais pas nouvelle puisque celle-ci prend une fois de plus racine dans les années 90 et plus particulièrement chez ces groupes de Black Metal symphonique ayant marqués de leur emprunte cette décennie (Arcturus, Covenant, Emperor, Limbonic Art, Obtained Enslavement...). Du haut de ses deux minutes et dix-huit secondes, "Invoking The Dragonmoon" va donc servir d’introduction sur fond de synthétiseur et de bruits étranges évoquants l’immensité de l’Espace. Un titre court mais particulièrement captivant grâce à ce lead somptueux qui s’étire et qui par ce délicieux feeling qui en émane n’a aucun mal à nous embarquer avec lui. "Shadowside Kingdom" s’avère plus consistant avec plus de six minutes au compteur. Pour autant, je ne peux m’empêcher d’éprouver une certaine frustration à son écoute. La première moitié, excellente, mêle nappes de synthétiseur, guitare électro-acoustique et leads envoutants signés Nihilistic Manifesto. La seconde, excellente elle aussi, voit le groupe corser le ton par le biais d’attaques rappelant les fulgurances d’un certain Emperor (toujours à grand renfort de clavier et de solos grandioses) avant de conclure par une séquence plus en retenue habilement relevée une fois de plus par l’excellent travail mélodique de Nihilistic Manifesto . Alors pourquoi diable ressentir de la frustration ? Et bien tout simplement parce que l’on aurait aimé en avoir davantage à se caler sous la dent. Voilà pourquoi !

Pour autant, cette frustration s’avère bien vite balayée par ce sentiment plus général d’excitation qui domine à l’écoute de ces quatre titres incroyables. Car "Bluenothing" et "Centuries Of Ooze II" ont beau ne pas avoir été retenus pour figurer sur Foreverglade (probablement pour ne pas plomber la dynamique de l’album et ainsi conserver toute l’attention de l’auditeur), ces derniers n’ont absolument rien à envier aux quelques compositions issues de ce troisième longue-durée. On y retrouve en effet ce Death / Doom lugubre dans ce qu’il a de plus exubérant et macabre. Un régal que ne manqueront pas d’apprécier tous ceux qui comme moi sont tombés sous le charme de ce Foreverglade. Mais Bluenothing est également l’occasion pour Worm d’explorer d’autres contrées laissées jusque-là de côté et pourtant pleinement en adéquation avec l’image que véhicule Phantomslaughter (si vous suivez le groupe sur Instagram vous savez forcément de quoi je parle). Ce parti-pris, pas forcément novateur mais extrêmement rafraichissant mêle ainsi des genres qui ont rarement aussi bien co-habités ensemble. Alors je ne sais pas vous mais après ces deux titres aussi courts ou aussi frustrants soient-ils, je suis particulièrement chaud pour le Worm version Black Metal symphonique qui en l’espace de quelques minutes nous offre de belles promesses pour l’avenir. À suivre...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Vartruk citer
Vartruk
30/01/2024 12:13
AxGxB a écrit : X-Death a écrit : Ha ha même AxGxB n'a pas remarqué que le commentaire était sur la mauvaise chronique ^^ La couleur des pochettes sûrement !

Ah bah oui, exact... Mr Green


Ah ah c'est clair mais j'avais pas remarqué non plus... ceci dit cet EP vaut carrément le coup aussi, comme a peu près tout ce qu'ils ont fait depuis leur début, ce groupe est fou, clairement l'un des plus marquant des ces 4-5 dernières années!
AxGxB citer
AxGxB
23/01/2024 11:12
X-Death a écrit : Ha ha même AxGxB n'a pas remarqué que le commentaire était sur la mauvaise chronique ^^ La couleur des pochettes sûrement !

Ah bah oui, exact... Mr Green
X-Death citer
X-Death
22/01/2024 21:56
Ha ha même AxGxB n'a pas remarqué que le commentaire était sur la mauvaise chronique ^^ La couleur des pochettes sûrement !
AxGxB citer
AxGxB
22/01/2024 16:15
Vartruk a écrit : merci encore pour la chronique ????

Bah de rien Clin d'oeil
Vartruk citer
Vartruk
20/01/2024 22:38
Ah je l'attendais cette chronique ! Tout est dit très bon split offrant une belle facette de chaque groupe, petite préférence évidemment pour Worm, mais quiconque est fan de doom/death doit posséder ce split, tout simplement un condensé de ce qui se fait le mieux dans le genre bien lourd et bien
occulte oui, soyons clair! Et vivement le prochain album de Worm qui s'annonce encore plus black, ce groupe est monstrueux dans tous les sens du terme, merci encore pour la chronique ????

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Worm
Death / Doom / Black Metal
2022 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  4/5

plus d'infos sur
Worm
Worm
Death / Doom - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Bluenothing  (11:32)
02.   Centuries Of Ooze II  (06:43)
03.   Invoking The Dragonmoon  (02:17)
04.   Shadowside Kingdom  (06:03)

Durée : 26:35

line up
parution
28 Octobre 2022

voir aussi
Worm
Worm
Foreverglade

2021 - 20 Buck Spin Records
  
Worm
Worm
Gloomlord

2019 - Iron Bonehead Productions
  
Dream Unending / Worm
Dream Unending / Worm
Starpath (Split-CD)

2023 - 20 Buck Spin Records
  

Essayez aussi
Predatory Light
Predatory Light
Predatory Light

2016 - Invictus Productions
  
Black Sun Aeon
Black Sun Aeon
Routa

2010 - Cyclone Empire Records
  
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Graves (Split-CD)

2020 - Ván Records
  
Atriarch
Atriarch
Forever The End

2011 - Seventh Rule Recordings
  
Nightfell
Nightfell
A Sanity Deranged

2019 - 20 Buck Spin Records
  

Dragged Into Sunlight
Widowmaker
Lire la chronique
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Spectral Voice
Sparagmos
Lire la chronique
Release Party
Ataraxie + Déhà + Marche Fu...
Lire le live report
Silhouette + Skaphos + Versatile
Lire le live report
Dream Unending / Worm
Starpath (Split-CD)
Lire la chronique
Bilan 2023
Lire le bilan
Kaamosmasennus
Le jour ne se lève plus
Lire la chronique
Vastum
Inward To Gethsemane
Lire la chronique
Convocation
No Dawn for the Caliginous ...
Lire la chronique
On Thorns I Lay
On Thorns I Lay
Lire la chronique
Sorcerer
Reign of the Reaper
Lire la chronique
Les Sakrif'or BLACK METAL 2023
Lire le podcast