chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
96 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gargantuan Blade - Gargantuan Blade

Chronique

Gargantuan Blade Gargantuan Blade
Aux premiers regards portés sur cette pochette, qui nous renvoie à un haut fait d’armes du Cimmérien, l’on se dit que l’on va avoir le droit ici à un énième album de heavy metal épique, étant donné que le genre est devenu tendance depuis quelques temps, et qui risquerait de sonner carton-pâte, comme c'est malheureusement trop fréquent depuis quelques années. Une impression qui est confirmée en lisant les titres de cet album, où les références à l’heroic-fantasy sont nombreuses, et, dans le même esprit, l’on doit y ajouter les surnoms des musiciens. Autant dire que l’on pouvait avoir des à priori assez négatifs quant à la découverte de Gargantuan Blade. Et puis, en prêtant attention aux musiciens, l’on se rend compte qu’il y a Samuel Wormius, l’ancien chanteur guitariste de The Wandering Midget, formation finlandaise de doom metal qui s’est séparée il y a deux ans. Un détail qui m’a fait passer le cap de l’indifférence, face à la multitude de sorties que l’on a de nos jours, à l’envie d’aller plus loin et d’écouter ce premier album du groupe. Et je dois dire que j’ai bien fait car je ne m’attendais pas du tout à ça.

Le ça, c’est de retrouver, enfin devrais-je dire, une formation qui pratique du doom metal à l’ancienne, sans accointances avec le psychédélisme, sans vénérer ses gros baffles et ses grosses têtes vintage et sans vouloir singer telle ou telle référence bien dans la hype actuellement. Non, nous sommes assez loin de tout ceci, même s’il y a toutefois deux références à laquelle l’on pense évidemment: Reverend Bizarre, pour certains aspects, - le pauvre Samuel Wormius ne va pas échapper, une nouvelle fois, à la comparaison avec le cultissime groupe finlandais -, et, c’est rare d’y faire référence, à The Gates of Slumber. Vous commencez à voir de quoi il s’agit et il ne manquerait plus que le tampon C.O.T.D, - pour Circle Of True Doom -, pour adouber tout cela. L’on est évidemment dans ce doom metal traditionnel qui base évidemment sa musique sur des riffs, des riffs et encore des riffs, et des compositions bien écrites. Mais pour le coup, il s’agit de vrais riffs de doom metal, de ceux dont la répétition presque ad nauseam font le sel de cette musique et la rend tellement jouissive. C’est ce que nous avons sur ces quelques trente-six minutes. Effectivement, l’on est dans quelque chose de très dogmatique dans la formulation et dans le résultat, encore qu’ici nous n’avons pas affaire à un trio mais à un quatuor, avec la présence de deux guitaristes, à la différence des deux groupes susnommés.

Evidemment que tout ceci sonne très classique, après tout nous sommes ici dans un terrain assez orthodoxe, mais il y a quelque chose qui fait la différence : Gargantuan Blade sait faire mouche avec des éléments communs. Outre les excellents riffs que l’on retrouve sur ces quatre titres, il y a cette exécution qui va faire la différence. Oui, les tempi sont majoritairement lents, mais il s’en dégage quelque chose d'à la fois ample et un peu plus martial, et, pour ainsi dire, guerrier. C’est en cela que la comparaison avec certains titres plus épiques de Reverend Bizarre m’apparait comme évidente, tout comme celle avec The Gates of Slumber. L’on est ainsi assez proche de retrouver ici la maestria d’un Suffer No Guilt. Attention, si les influences sont évidentes, elles sont toutefois bien digérées et l’on a ici quatre compositions variées qui tiennent clairement la route, voire bien plus. Il y a évidemment un souffle héroïque qui émane de tout ceci, comme si une troupe de maraudeurs s’approchaient lentement mais fièrement des troupes adverses, sûre de sa victoire. Mais ce qu’il y a de bien ici, c’est que le quatuor sait, de temps en temps, accélérer la cadence, comme sur Necromancer’s Blood, après six minutes où il nous aura terrassé par un thème bien puissant. Ce sera d’ailleurs le même constat sur la partie médiane de Black Lotus. En tout cas, le monolithisme n'est pas de mise ici.

Gargantuan Blade n’en oublie pas pour autant de souligner que s’il est un groupe de doom metal, il n’en a pas oublié que c’était un dérivé du metal, et l’on a ainsi de fréquents soli, très bien exécutés, sur chaque titre voire quelques leads jumelées sur Spectral Pillagers, une forme d’art qui a tendance à être perdue de nos jours. Il y a d’ailleurs ce bel alliage entre pesanteur et puissance qui ressort de ces quatre titres, quelque chose qui n’est plus si courant actuellement, ou bien à de trop rares exceptions. Ici, les Finlandais ont renoué avec cela et sans doute que la prestation du batteur Rex Torr n’y est pas étrangère, tant il martèle furieusement son kit de batterie en donnant justement cette ampleur à la musique de ses comparses. Dans tous les cas, c’est très bien exécuté, dans tous les sens du terme. Je dois même avouer que je suis très agréablement surpris par le chant de Samuel Wormius, vraiment excellent et qui a bien progressé depuis ces années. Il est ici assez poignant et très juste, un vrai frontman qui sait haranguer ses troupes avant l’assaut final, avec ce petit côté prêcheur teutonique. Dans tous les cas, c’est le type de chant on ne peut plus adéquat pour ce style de doom metal. Et pour couronner le tout, l’on ajoutera à tout ceci l’ajout de quelques samples bien sentis, qui vont donner cette coloration heroic-fantasy à cette réalisation.

Autant dire que ce premier album de Gargantuan Blade est une réussite, clairement, et une belle surprise, pour sûr. Les Finlandais développent ici un doom metal, certes on ne peut plus classique, mais qui est très bien fait. Surtout, c’est même un paradoxe pour un propos aussi normé, cela sonne frais et aucunement surfait. Ce n’est pas l’originalité qu’il faudra rechercher ici mais bien l’inspiration et la faculté de prodiguer un doom metal de haute facture. D’ailleurs, si j’étais quelque peu mesquin, je pense que ce groupe aurait clairement pu revendiquer le patronyme de Conan, en lieu et place d’une immondice anglaise. Encore que nous avons un beau final un peu plus poignant avec Spectral Villagers, preuve aussi d’une certaine variété dans la musique du quatuor. Je retrouve ici des sensations que j’avais eues, il y a une bonne quinzaine d’années, à la découverte de certaines œuvres des groupes cités plus haut, ou, histoire de ne pas paraître pour quelqu’un vivant dans le passé, celles que j’ai eues lors de la découverte, il y a deux ans, des Américains de Purification. L’on est clairement ici dans la même veine pour ces deux formations, certes en moins mystique ici que chez le trio de l’Oregon, dans quelque chose qui laisse clairement de l’espoir pour la suite. Dans tous les cas, le true doom metal n’est pas mort en Finlande : il relève clairement et fièrement la tête avec ce Gargantuan Blade.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Vartruk citer
Vartruk
21/12/2022 14:35
Merci pour cette découverte, j'ai été rapidement conquis, la petite touche épique apporte un plus indéniable, même ce n'est rien comparé à tous ces riffs bien doom, tellement classique, mais tellement efficace quand c'est joué comme ça... enfin, la voix sans être "héroïque" colle parfaitement à l'ensemble, un régal du début à la fin !

Par contre, j'ai été douché quand j'ai vu qu'il n'y avait aucune version physique, mais impensable de rester dans l'ombre bien longtemps avec un tel disque, hâte de pouvoir savourer ça sur galette, en attendant la suite...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gargantuan Blade
Doom Metal
2022 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Gargantuan Blade
Gargantuan Blade
Doom Metal - 2021 - Finlande
  

tracklist
01.   Necromancer’s Blood  (07:16)
02.   Black Lotus  (10:35)
03.   Dungeon Lord  (05:58)
04.   Spectral Pillagers  (12:40)

Durée : 36:29

line up
parution
4 Septembre 2022

Essayez aussi
Type O Negative
Type O Negative
The Least Worst Of (Compil.)

2000 - Roadrunner Records
  
Wretch
Wretch
Wretch

2016 - Bad Omen Records
  
Doomraiser
Doomraiser
The Dark Side of Old Europa

2020 - Time To Kill Records
  
Solemn Lament
Solemn Lament
Solemn Lament (EP)

2022 - Svart Records / Indépendant
  
Purification
Purification
The Exterminating Angel

2021 - Autoproduction / Rafchild Records
  

Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
Tzompantli
Beating The Drums Of Ancest...
Lire la chronique
Ahab
The Coral Tombs
Lire la chronique
Oozing from the Netherworld
Cryptworm + Slimelord
Lire le live report
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Full Of Hell
Coagulated Bliss
Lire la chronique
Hyperdontia
Harvest Of Malevolence
Lire la chronique
Hardened
Pale Eternal Fog
Lire la chronique
Sol
Promethean Sessions
Lire la chronique
Ernte
Weltenzerstörer
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report