chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vanhävd - Vila

Chronique

Vanhävd Vila
C’est marrant, ce « Vila » j’ai eu beau l’écouter plusieurs fois, il n’y avait rien à faire, je n’accrochais pas. Et puis un soir, ou plutôt une fin d’après-midi grise et pluvieuse, un brin imbibé, j’ai eu le déclic, la révélation, je me suis mis à l’aimer ce premier jet des Suédois de VANHÄVD. Comme quoi, lorsque tu n’apprécies pas un truc, réessaye-le un peu bourré, tu n’es pas à l’abri d’une bonne surprise (remarque valable pour le foie de veau, les choux de Bruxelles ou l’urodomie selon tes inclinaisons).

Alors ce n’est certes qu’un début de carrière auquel nous assistons-là, si j’occulte l’EP « Lat köttet dö » de 2018, mais il semblerait que ce soit déjà la promesse d’un avenir sombre des plus prometteurs (oui, dans le metal c’est un compliment). Il faut dire que ce rassemblement de sept musiciens a pris pour cible le black metal et le doom afin d’exprimer son mal-être et que ce qui devait me déranger initialement était vraisemblablement l’absence de dominance. Ni suffisamment doom pour avoir envie d’ouvrir le gaz, ni assez black pour me motiver à sortir tabasser des prêtres à coups de battes. Pourtant, c’est bien ce juste milieu (excellente chaîne YouTube à laquelle je me permets ici de faire un peu de publicités) qui confère toute sa saveur à ces huit compositions, peut-être un brin trop longues (l’album dure une heure) mais profondément déprimantes et donc en ce sens parfaitement réussies.

Tout le monde aura remarqué la pochette en forme de référence à Munch (j’espère tout du moins que c’est voulu), elle aussi je la trouvais moche à souhait, j’ai fini par la trouver belle. En fait, une fois le fond bien compris, la forme m’est apparue dans toute sa puissance, cette illustration convenant en définitive idéalement au climat instauré par l’album : une forme de ravissement horrifié, une anxiété dévorant le corps de l’intérieur. Pourtant, de prime abord, on n’entend rien d’exceptionnel : pas de riffs marquants, pas de chants différenciants, pas de pesanteur extrême ou de tempos effrénés, c’est juste qu’une fois pris dans sa globalité l’album suinte une atmosphère lugubre qui, à force de martellements, finit par vous foutre dans le crâne que c’est exactement le genre de musique qui manquait à votre soirée. Un son sec comme un caveau bien entretenu, des claviers discrets mais assez présents pour asseoir l’ambiance funèbre, un chant sachant intelligemment alterner le growl avec un registre plus criard selon l’intention souhaitée et des instruments tout en sobriété : pas de solos intempestifs, de breaks ébouriffants, la juste mesure uniquement.

Evidemment, si l’on compare « Vila » aux ténors du genre la marge de manœuvre est encore grande mais je ne perds pas de vue qu’il ne s’agit là que d’une introduction à la carrière de VANHÄVD, carrière que j’espère longue et fournie tant ces huit titres ont fini par me bluffer. Et quand bien même je ne devrais l’écouter qu’ivre, ce ne sont pas les occasions qui manqueront.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vanhävd
Black Doom Metal
2022 - Dead Seed Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Vanhävd
Vanhävd
Black Doom Metal - 2011 - Suède
  

formats
tracklist
01.   Låt köttet dö  (08:15)
02.   Likvaka  (07:23)
03.   Om den vulgära farsens nonsens  (08:52)
04.   Tomhet  (03:00)
05.   Förkunnaren  (08:10)
06.   Drömmaren  (09:31)
07.   Hatet mellan elementarpartiklarna  (01:58)
08.   Maskhål  (13:10)

Durée : 01:00:19

line up
parution
31 Mars 2022

Essayez aussi
Head of the Demon
Head of the Demon
Sathanas Trismegistos

2016 - Invictus Productions / The Ajna Offensive
  
Occultation
Occultation
Silence in the Ancestral House

2014 - Invictus Productions
  
Predatory Light
Predatory Light
Predatory Light

2016 - Invictus Productions
  
Ǥứŕū
Ǥứŕū
Nova Lvx

2023 - Indépendant / Sleeping Church Records
  
Eibon
Eibon
Entering Darkness

2010 - Aesthetic Death
  

Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Tzompantli
Beating The Drums Of Ancest...
Lire la chronique
Ahab
The Coral Tombs
Lire la chronique
Oozing from the Netherworld
Cryptworm + Slimelord
Lire le live report
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Full Of Hell
Coagulated Bliss
Lire la chronique
Hyperdontia
Harvest Of Malevolence
Lire la chronique
Hardened
Pale Eternal Fog
Lire la chronique
Sol
Promethean Sessions
Lire la chronique
Ernte
Weltenzerstörer
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report