chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Katatonia - Sky Void Of Stars

Chronique

Katatonia Sky Void Of Stars
L'empereur des corbeaux est de retour. Tous, corbeau des neiges, corbeau des forêts, corbeau des villes ou corbeau des montagnes, ploient le genou et s’inclinent face à Katatonia. Comme Hugin et Munin, ce majestueux corvidé est bicéphale depuis sa formation en 1991 par Jonas Renske (voix) et Anders Nyström (guitares). Le second – pris par l'angoisse de la page blanche – s'est peu à peu mis en retrait au profit du premier, devenu depuis Night Is The New Day (2009) seul maître à bord chargé de l'intégralité de la composition et des paroles du groupe. Au fil des sorties et des changements de line-up, notamment les arrivées de Niklas Sandin (basse), Daniel Moilanen (batterie) et Roger Öjersson (guitares) qui complètent ce duo originel, la formation s’est réinventée, gardant de ses débuts doom/death metal une providentielle mélancolie chevillée au corps et au cœur. Le chef-d’œuvre absolu The Great Cold Distance (2006) chamboulait tout et faisait entrer le groupe dans ce que Raziel qualifiait habilement de « troisième période ». Le « Dark rock from Sweden » de Katatonia, un peu indéfinissable, n’a fait que se complexifier, se diversifier et s'affiner avec les sorties suivantes. Sa permanence mélancolique, éclaboussée de nobles inspirations rock gothique ascendant new wave, fût peu à peu tractée à l'orée du metal progressif par une complexité grandissante où s'entrechoquent guitares puissantes, contretemps rythmiques et soli virtuoses. La voix à fleur de peau de Jonas Renske, qui s'est tant bonifiée avec le temps, s'y répand toujours comme un nectar divin. Avec Dead End Kings (2012), panorama intense qui sublimait à merveille ces différents registres, une nouvelle ère s'ouvrait : les arrangements puissants et les respirations intimistes prenaient une place prépondérante dans des ramages teintés de touches de plus en plus modernes et expérimentales, au profit de racines metal de plus en plus rabougries. Deux successeurs en demi-teinte ne confirmaient que partiellement ce nouveau virage... mais n'entamaient pas la hâte d'emprunter cette ruelle à la lueur verdâtre habitée par une nuée de corbacs sinistres, mascottes du groupe depuis Brave Murder Day (1996) judicieusement utilisées par Roberto Bordin pour le décor de ce douzième opus Sky Void Of Stars, premier des Suédois sur leur nouveau label Napalm Records après une longue et houleuse collaboration avec Peaceville.

L'ombre colossale de la mélancolie l'envahit pleinement. Ses ingénieurs Katatonia la raffinent avec soin, à commencer par le ton désabusé avec lequel l'impérial Jonas Renske déclame ses litanies. On retrouve dans ses textes les thématiques majeures du groupe : l'heure du grand départ vers l'au-delà, les échecs et déceptions de la vie qui laissent des cicatrices, la vie urbaine aliénante qui salit le cœur et le corps, les figures inquiétantes à ailes et à plumes, la mise aux enchères des âmes aux acheteurs les plus offrants... toutes émergent sous forme de sensations, de bribes mystiques et poétiques qui participent à cette mélancolie profonde qui prend immédiatement à la gorge. D'autant que le frontman, toujours très fort pour véhiculer cette noirceur immédiate avec ses lignes de chant perçantes, s'emploie à utiliser les nombreux registres de sa tessiture. S'il est tantôt grave et clinique à la manière d'un prophète new wave annonçant l'apocalypse (« Austerity »), il se fait aussi aérien et lumineux en allant chercher des notes plus aiguës, notamment au début d'« Author », dans lequel sa supplique initiale se fait déchirante ou encore lorsqu'il partage un couplet et plusieurs refrains d'« Impermanence » avec Joel Ekelöf (Soen). Une superbe collaboration, tout en finesse et en envolée lyrique, mid-tempo réussi qui adresse un clin d'oeil subtil aux débuts du groupe avec les sonorités doom. Entre ces deux rivages parfois surprenants, qui apportent l'essentiel de la nouveauté de ce Sky Void Of Stars, la puissance émotionnelle de cette voix si subtile se répand sur les brûlots désabusés qui laissent toute la place à sa tonalité cristalline. Même s'il n'évite pas la redite dans certaines mélodies vocales (« Drab Moon »), force est de reconnaître que le chanteur sait toujours capter l'attention en quelques notes mémorables. Cette saillie vicieuse d' « Opaline » toute en rimes et en rebonds, balancée sur un rythme hypnotisant, est terriblement efficace pour rappeler que l'heure n'est pas à la fête.

« Opaline
Saw the trail of the fleeting twin
Through last years grass
With the curtain closing in a bit
I will go where I see fit
And love me not
For I was never one to pass the test, no
All for the best
You're heading east
If you go now
I go west »

C'est que ce Sky Void Of Stars fait jaillir de ses compositions une mélancolie immédiate, plus directe et rentre-dedans que ses deux prédécesseurs. S'il s'avère moins sophistiqué, moins progressif donc moins audacieux, il est aussi plus cohérent et équilibré. Si Katatonia avait la fâcheuse tendance depuis la fin des années 2000 à proposer des albums inégaux, dans lesquels des soubresauts de génies absolus côtoyaient des moments plus anecdotiques, il y a sur ce douzième full-length une relative équité entre les morceaux. Il n'y a qu'à entendre l'excellent morceau bonus « Absconder »! Tous démontrent des qualités certaines et aucun – y compris les « singles » conçus pour accrocher l'oreille – ne semble particulièrement sortir du lot. À double tranchant ? Pas vraiment, puisque les Suédois ont légèrement modifié leur direction artistique, délaissant certaines expérimentations (électro notamment) au profit d'une coloration plus rock et organique. Même s'il est toujours présent par bribes, le clavier n'est plus qu'un habillage faisant ressortir les guitares d'Anders Nyström et Roger Öjersson qui reconquièrent leur trône dans les compositions comme dans le mix limpide de Jacob Hansen. Si la basse de Niklas Sandin soutient discrètement cette ossature, Daniel Moilanen apporte une pesanteur bienvenue à l'ensemble, avec un jeu de batterie percutant, tantôt subtil et inventif, tantôt énergique et efficace lorsque le tempo décolle. Que ce soit dans un début d'album flamboyant (le très progressif « Austerity » qui met les frissons dès les premières écoutes, le classique « Birds ») ou dans les moments plus calmes (« Impernanence », « Drab Moon »), Katatonia installe une atmosphère homogène sans pour autant s'interdire d'emprunter des chemins de traverse. Plusieurs morceaux offrent un bel aperçu de la variété de leur style, entre l'héritage du metal extrême et les aspirations progressives. On alternera dans « No Beacon To Illuminate Our Fall » entre des coups de boutoir typés death metal où le batteur fait grogner sa double pédale et une atmosphère éthérée aux allures de tendre rêverie.

« It won't matter if you get back beneath my hand
No black magic ever enough to command! »

Et pourtant, le mana de Jonas Renske bouillonne et sa sorcellerie agit pleinement. On retrouve avec plaisir ses mélodies désabusées, pleines de noirceur et de tristesse, renforcées par des guitares puissantes catalysant la montée d'adrénaline (« Birds », « Absconder »). Sky Void Of Stars est régulièrement présenté comme un album taillé pour le live ; force est de reconnaître que ses passages les plus rugueux répondent amplement à cette propagande promotionnelle. Le massif « Colossal Shade », au tempo de locomotive, impose son souffle implacable avec ses « palm mutes » savamment dosés et son pré-refrain aux allures de slogan. Ces mélodies sont également sublimées par des respirations salvatrices, faites de superpositions de sonorités efficaces qui entretiennent le spleen (« Opaline », « Impernanence »). Dans ses instants plus introspectifs, lorsqu'il pose le tempo et se concentre sur l'émotion, le bataillon suédois parvient à toucher avec la même intensité. Ses refrains hymnesques constituent toujours un vrai point d'ancrage. Alors que Dead relevait parfois dans ses chroniques des sorties précédentes sur votre webzine préféré un déséquilibre entre les couplets et les refrains, Sky Void Of Stars semble corriger ce défaut. Katatonia reste absolument clinique dans ce registre : celui de « Sclera » et sa guitare lancinante qui laisse graduellement monter l'émotion ou encore celui d'« Atrium », cavalcade catchy à la The Cure – inspiration de toujours du ténébreux faiseur de riffs – sauront derechef s'ancrer dans la mémoire épisodique et revenir frapper à la porte les jours de grisaille.

« We sing to the night
Abolishing the promise
Our constellation is so far from reach
I'm fading from your sky
The shutdown is complete
You turned away despite my loving... »

Sa poésie cosmique, renforcée par les harmoniques aériennes et l'atmosphère pessimiste, incarne parfaitement ce « Dark rock from Sweden » hypnotisant et atypique de Katatonia, plus vigoureux qu'auparavant avec ce retour en grâce des guitares plus acérées. Malgré un contenu homogène, moins transcendant et moins alambiqué que par le passé, Sky Void Of Stars est un album riche et authentique, qui nécessitera un grand nombre d'écoutes pour cerner ses moindres recoins, tant il regorge de nuances et de subtilités, de poussées de lumières venant percer l'obscurité. S'il ne faut y chercher ni violence libératoire ni retour aux sonorités de jadis, il ne fait pas exception dans une discographie toujours sans faute de goût. « Follow the birds »...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Katatonia
Metal progressif
2023 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (4)  7/10
Webzines : (3)  8.99/10

plus d'infos sur
Katatonia
Katatonia
Metal progressif - 1991 - Suède
  

vidéos
Atrium
Atrium
Katatonia

Extrait de "Sky Void Of Stars"
  
Austerity
Austerity
Katatonia

Extrait de "Sky Void Of Stars"
  
Birds
Birds
Katatonia

Extrait de "Sky Void Of Stars"
  
Opaline
Opaline
Katatonia

Extrait de "Sky Void Of Stars"
  

tracklist
01.   Austerity  (03:41)
02.   Colossal Shade  (04:29)
03.   Opaline  (05:00)
04.   Birds  (04:08)
05.   Drab Moon  (03:59)
06.   Author  (04:17)
07.   Impermanence  (05:12)
08.   Sclera  (04:45)
09.   Atrium  (04:08)
10.   No Beacon to Illuminate Our Fall  (06:08)

Durée : 45:47

line up
parution
20 Janvier 2023

voir aussi
Katatonia
Katatonia
City Burials

2020 - Peaceville Records
  
Katatonia
Katatonia
Viva Emptiness - 10th Anniversary Edition (Rééd.)

2013 - Peaceville Records
  
Katatonia
Katatonia
July (Single)

2007 - Peaceville Records
  
Katatonia
Katatonia
The Fall Of Hearts

2016 - Peaceville Records
  
Katatonia
Katatonia
Brave Murder Day

1996 - Avantgarde Music
  

Essayez aussi
Pain of Salvation
Pain of Salvation
The Perfect Element, Part. I

2000 - InsideOut Music
  
Ihlo
Ihlo
Union

2019 - Twenty's Plenty
  
Devin Townsend
Devin Townsend
Empath

2019 - InsideOut Music
  
Zero Hour
Zero Hour
Agenda 21

2022 - Frontiers Records
  
Witherscape
Witherscape
The Inheritance

2013 - Century Media Records
  

Disbelief
Protected Hell
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Full Of Hell
Coagulated Bliss
Lire la chronique
Hyperdontia
Harvest Of Malevolence
Lire la chronique
Hardened
Pale Eternal Fog
Lire la chronique
Sol
Promethean Sessions
Lire la chronique
Ernte
Weltenzerstörer
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Spectral Voice
Sparagmos
Lire la chronique