chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
194 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Azken Auzi - Azken Auzi

Chronique

Azken Auzi Azken Auzi
L’histoire d’AZKEN AUZI commence avec les death métaleux toulonnais de MANIAC, une formation qu’il ne sera pas honteux de classer en deuxième division et qui a sorti deux LP et quatre EP entre 2005 et 2019. Laurent Λ (basse) et Ludo Σ (chant, guitare) s’émancipent ensuite de leur fascination pour le gore et montent alors cette formation de sludge doom très rapidement repérée par l’un des labels spécialistes du genre : Argonauta Records. Par conséquent, on ne peut que se dire que ce premier album éponyme, faisant suite au single « I Hate You » (2021), que l’on retrouve d’ailleurs ici en troisième place, doit pour le moins valoir le détour.

Avant de m’intéresser à la musique, je noterai deux petites choses : la première est que le nom du groupe signifie « dernier procès » en Basque (pourquoi des mecs de Toulon choisissent un nom basque, si vous avez la réponse je suis preneur), la seconde est que l’artwork est vraiment superbe, avec ce logo un poil crade qui laisse augurer une belle absence de raffinement musical. Et c’est effectivement le cas dès les premières mesures de « Disgrace » : le son est passé au papier de verre, la basse vrombit ses rythmiques plombées, le batteur fait son boulot de marteau sur son enclume en toms et cuivres, le chanteur éructe, se foutant du mélodieux ou tout simplement de l’agréable, quant à la guitare, elle contribue à épaissir encore plus la mélasse, si tant est que cela fut nécessaire.

On discernera à l’occasion quelques influences : les débuts de DIRGE ou encore de NEUROSIS lorsqu’il était encore dans sa période hardcore et, chose que j’apprécie par-dessus tout, AZKEN AUZI n’est pas dans un trip « weed » psychédélique, élément qui finit généralement par me faire sortir complètement d’un disque… De plus, en alternant les titres chantés (« Disgrace » ; « I Hate You » ; « K.R.L.H. ») et les purs instrumentaux (« Azken Auzi » ; « Rho Scorpii » ; « Home »), le trio démontre que ses compositions sont suffisamment solides pour pouvoir se passer de vocaliste, et ce en dépit du fait que les riffs ont quand même tendance à se répéter un peu. Cependant, les musiciens parviennent à éviter la monotonie en utilisant avec une grande intelligence les changements de tessitures sonores, les différents effets de distorsion et de fuzz allant tantôt crescendo, tantôt decrescendo pour jouer sur les intensités. Evidemment, ce procédé est bien connu de tous les groupes qui n’ont que deux riffs par chansons, surtout lorsqu’elles durent longtemps (ici, on doit être sur une moyenne de sept minutes), mais encore faut-il savoir le faire avec finesse.

En définitive, pour une entrée sur la scène sludge, AZKEN AUZI se pointe quand même avec un gros morceau entre les pognes, certes encore perfectible (certaines transitions me semblent parfois un peu abruptes et mériteraient un peu plus d’arrangements ou un meilleur mixage) mais déjà riche de promesses. Et sur scène, ça doit être du très costaud compte-tenu de l’aspect massif de l’ensemble. J’ai hâte d’entendre la suite !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Azken Auzi
Sludge Doom Metal
2022 - Indépendant
2023 - Argonauta Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Azken Auzi
Azken Auzi
Sludge Doom Metal - 2021 - France
  

formats
  • Digital / 2022 - Indépendant
  • CD / 2023 - Argonauta Records

tracklist
01.   Disgrace  (06:45)
02.   Azken Auzi  (06:57)
03.   I Hate You  (06:18)
04.   Rho Scorpii  (05:46)
05.   K.R.L.H.  (07:04)
06.   Home  (08:18)
07.   Azken Auzi (Vocal version)  (06:57)

Durée : 48:05

parution
6 Juin 2022

Essayez aussi
Weedeater
Weedeater
Goliathan

2015 - Season Of Mist
  
Burning Witch
Burning Witch
Crippled Lucifer (Compil.)

2008 - Southern Lord Recordings
  
Formalist
Formalist
We Inherit a World at the Seams

2023 - Brucia Records
  
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  
Whitehorse
Whitehorse
Raised Into Darkness

2014 - Vendetta Records / Sweat Lung Records
  

With The Dead
Love from with the Dead
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Spectral Voice
Sparagmos
Lire la chronique
Release Party
Ataraxie + Déhà + Marche Fu...
Lire le live report
Silhouette + Skaphos + Versatile
Lire le live report
Dream Unending / Worm
Starpath (Split-CD)
Lire la chronique
Bilan 2023
Lire le bilan
Kaamosmasennus
Le jour ne se lève plus
Lire la chronique
Vastum
Inward To Gethsemane
Lire la chronique
Convocation
No Dawn for the Caliginous ...
Lire la chronique
On Thorns I Lay
On Thorns I Lay
Lire la chronique