chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
184 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kyzyl Kum - Kyzyl Kum

Chronique

Kyzyl Kum Kyzyl Kum
J’imagine que l’information comme quoi KYZYL KUM s’était séparé aux alentours de 2015 n’est plus d’actualité puisque le duo batterie – guitare est de retour en cette année 2023 avec un nouvel album éponyme, succédant ainsi au premier LP « Sable rouge » de 2012 puis au split « Autoradio » paru en 2014 aux côtés de THE LAST DROP, dont je serai bien en peine de dire quoi que ce soit, n’en ayant jamais entendu parler.

Généralement, lorsqu’une formation est réduite ainsi à l’essentiel, j’ai remarqué qu’elle tapait soit dans la déglingue « math » quelque chose, soit qu’elle évoluait vers des registres stoner doom, option que l’on retiendra donc pour les deux gars d’Angoulême : la fuzz (ou l’Octofuzz, ou la Bigg Muff) à outrance en plus du son typique de la Nouvelle-Orléans ne sauraient mentir. Le duo pousse d’ailleurs le dépouillement jusqu’à ne proposer que des compositions purement instrumentales, peut-être afin de renforcer cette imagerie de désert asiatique dont le groupe tire son nom.

Un rapide coup d’œil sur les titres des sept compositions laissent de prime abord penser que les musiciens ne sont pas bien sérieux (« L’ami Ricoré » ; « Tyrannosaurus Reich » ; « D’où me met ta halle ? ») mais cette désinvolture n’est qu’apparente car, musicalement, le voyage de près d’une heure auquel nous sommes conviés n’a rien d’une blague potache. D’abord parce qu’à eux deux ils parviennent à déclencher un sacré bordel avec bien entendu un son de guitare assez monstrueux, qui rend la basse inutile et dont les accords me font parfois penser à du MONSTER MAGNET, dans « Voiture de course » par exemple, ou encore à des délires très garage noise rock (« Une bonne messe noire des familles »), ce qui à mon sens rend KYZYL KUM bien plus intéressant que la moyenne, d’autant que mon seuil de tolérance au stoner traditionnel est assez bas. Ensuite parce que le batteur a une frappe de mule, privilégiant l’instinct et la puissance à la technique.

Il reste que l’écueil de ce genre de disque est pour moi systématiquement le même : entre la répétition outrancière des riffs, le manque de variations de tempos et l’absence de lignes de chant, le tout me semble un peu long et je n’aurais pas rejeter l’idée de supprimer une ou deux compositions, sans pour autant trop savoir lesquelles tant elles sont homogènes et forment un ensemble indissociable. Et c’est sans doute la force de « Kyzyl Kum » : être davantage une atmosphère qu’une collection de titres, un long périple plutôt qu’une succession d’étapes.

En définitive, il est pour moi évident que tout amateur de stoner doom pourrait être séduit par les vents brûlants de KYZYL KUM, en précisant toutefois que l’approche est ici bien plus brutale que ce que peuvent proposer les ténors du genre, KYUSS ou ELDER : la mélodie est ici rejetée au rang d’accessoire, et merci bien.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kyzyl Kum
Stoner Doom Metal
2023 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Kyzyl Kum
Kyzyl Kum
Stoner Doom Metal - 2009 † 2015 - France
  

formats
tracklist
01.   L'ami ricoré  (11:55)
02.   Tyrannosaurus Reich  (06:20)
03.   Insouciante balade dans les bois quand soudain...  (04:02)
04.   D'où me met ta halle ?  (06:24)
05.   Panzerschokolade  (04:32)
06.   Voiture de course  (07:42)
07.   Une bonne messe noire des familles  (12:03)

Durée : 52:58

line up
parution
15 Février 2023

Essayez aussi
Dirt Woman
Dirt Woman
The Glass Cliff

2020 - Grimoire Records
  
Windhand
Windhand
Eternal Return

2018 - Relapse Records
  
Yob
Yob
Clearing the Path to Ascend

2014 - Neurot Recordings
  
Hymn
Hymn
Perish

2017 - Svart Records
  
Acid King
Acid King
III

2005 - Small Stone Records
  

Grime
Circle of Molesters
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Spectral Voice
Sparagmos
Lire la chronique
Release Party
Ataraxie + Déhà + Marche Fu...
Lire le live report
Silhouette + Skaphos + Versatile
Lire le live report
Dream Unending / Worm
Starpath (Split-CD)
Lire la chronique
Bilan 2023
Lire le bilan
Kaamosmasennus
Le jour ne se lève plus
Lire la chronique
Vastum
Inward To Gethsemane
Lire la chronique
Convocation
No Dawn for the Caliginous ...
Lire la chronique
On Thorns I Lay
On Thorns I Lay
Lire la chronique