chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mongolito - Pure

Chronique

Mongolito Pure
J’avoue, parmi la liste des demandes de chroniques en attente, celle de MONGOLITO n’est pas celle que j’avais placée en tête de gondole… Déjà il y a ce nom, qui certes m’intriguait mais m’évoquait plus une insulte sémantiquement pauvre de cours de récréation qu’un truc susceptible d’émouvoir ma petite âme égoïste, ensuite il y avait le style annoncé : du dark ambiant doom. Ce n’est pas que c’est rédhibitoire chez moi (loin de là même, étant fervent amateur d’une chose telle BOHREN & DER CLUB OF GORE), c’est juste qu’en ce moment mon cerveau est plus enclin à se nourrir de mets faciles à digérer que de gros plats en sauce… Cependant, deux choses ont fini par attirer mon attention et réveiller ma curiosité faiblarde : c’est l’un des nombreux projets de Marc DeBacker (DOG EAT DOG, MUCKY PUP, WOLVENNEST) et il est ici accompagné de Déhà, que l’on ne présente plus tant il est devenu une figure incontournable. Le premier sera donc à la guitare, à la basse, au chant et au clavier, le second gérant, outre toute la partie enregistrement, la batterie ainsi qu’un peu de basse et de clavier. Un beau duo donc pour une musique… Planante ? Car comment décrire autrement ces six compositions, principalement voire totalement instrumentales, avançant au rythme d’un cheval de trait mais avec le pas léger d’une ballerine… Car oui léger ! En cela, la pochette est assez trompeuse car la musique est bien plus lumineuse, pour ne pas dire psychédélique, que ce que ne laisse à penser cette illustration mortifère. Pour tout dire, il y a du PINK FLOYD du début des années 70 chez MONGOLITO, l’auditeur aculturé que je suis ayant la plus grande difficulté à comprendre ce qui a pu se passer dans la vie du compositeur pour passer des trublions de MUCKY PUP au début des années 90 à ça. Mystère absolu.

Mais quand bien même, ai-je besoin de comprendre pour apprécier ? Car si votre ambition du weekend est de traîner chez vous en toute détente, peut-être avec un livre finement sélectionné (« Miette », ou encore un ouvrage de Kenza Braiga, voire les Evangélismes d’Eve Angeli), quoi de mieux pour savourer ces trop brefs instants de repos que « Pure » ? Les plus cinéphiles d’entre vous diront peut-être même de la composition « Years of Nothingness » qu’elle a des saveurs d’Angelo Badalamenti, ce à quoi j’ajouterai que cette guitare reverb’ en accord lâché, c’est du pur BlueBob, le groupe de David Lynch et John Neff, ce qui reviendra grosso modo à la même chose tant les ambiances sont similaires. Il reste que le titre est simplement incroyable, sept minutes vingt-quatre de jouissance auditive. Par conséquent, lorsque « Slowly » se lance avec sa grosse guitare (toujours très BlueBob spirit je trouve), c’est comme se faire réveiller de sa sieste par une lourde claque dans la tronche. Pas agréable mais revigorant !

Sans tergiverser, autant j’ai eu sérieusement du mal à entrer dans le disque, autant lorsque ses ambiances ont commencé à infuser en moi je me suis rendu compte à quel point le potentiel purement émotionnel de l’objet était effarant. Que ce soient les aspects quasi post rock de « Baclanova, le doom progressif de « The Death of Yet Another Dream », l’atmosphère vespérale d’« Ultrasolution », les très Mulholland Drive « Years of Nothingness » et « Slowly » ou encore l’outro guitaristique de « Pure », parfaite conclusion de ce voyage initiatique, tout dans MONGOLITO respire l’intelligence, la subtilité, la juste mesure, pour aboutir à un disque fait de sentiments bien plus que de notes. Comme cela devient de plus en plus rare, il est d’autant plus important de le relever, de le savourer et d’essayer de le faire connaître. Simplement beau et en cela essentiel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mongolito
Ambient Doom ?
2022 - Croux Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Mongolito
Mongolito
Ambient Doom ? - Belgique
  

formats
tracklist
01.   Baclanova  (08:13)
02.   The Death of Yet Another Dream  (07:45)
03.   Ultrasolution  (09:47)
04.   Years of Nothingness  (07:24)
05.   Slowly  (08:40)
06.   Pure  (02:43)

Durée : 44:35

line up
parution
15 Juin 2022

Essayez aussi
(DOLCH)
(DOLCH)
Feuer

2019 - Ván Records
  
Messa
Messa
Close

2022 - Svart Records
  
Messa
Messa
Feast for Water

2018 - Aural music
  
Laudanum
Laudanum
The Coronation

2009 - 20 Buck Spin Records
  
Sink
Sink
The Process

2008 - Kult Of Nihilow / Kaos Kontrol
  

Warning
Watching From A Distance
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Full Of Hell
Coagulated Bliss
Lire la chronique
Hyperdontia
Harvest Of Malevolence
Lire la chronique
Hardened
Pale Eternal Fog
Lire la chronique
Sol
Promethean Sessions
Lire la chronique
Ernte
Weltenzerstörer
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique