chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
86 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Coffins - Sinister Oath

Chronique

Coffins Sinister Oath
Depuis 2000, année de sortie de sa première démo « Reh Demo ‘00 », la discographie de COFFINS n’a jamais cessé de croître : six LP, quatre EP, cinq compilations, un album live, vingt-cinq splits… Ils ne chôment pas les Japonais ! Et si nous sommes certainement nombreux ici à fortement apprécier leur approche doomisante du death metal à l’ancienne, qu’en est-il du petit dernier « Sinister Oath » ? Déjà, avec une telle pochette signée Axel Hermann (connu pour ses travaux auprès d’ASPHYX ou encore de BLOODBATH), c’est évidemment l’amour au premier regard mais cette romance survivra-t-elle aux quarante minutes d’éructation, pour neuf titres, qui s’en suivent ?

Pour commencer, une petite leçon de savoir-vivre à tous ceux qui nous font le coup de l’introduction atmosphérique pour « poser l’ambiance », « instaurer un climat » mais aussi, surtout, pour allonger à peu de frais la durée du disque : prenez plutôt exemple sur ce quatuor de fines lames et écrivez un vrai titre instrumental bien graveleux qui foutra le rythme cardiaque en syncope (« B.T.C.D. »). Là on est bien, là on adhère immédiatement au projet, d’autant que le riff introductif de « Spontaneous Rot », c’est la descente d’organes assurée : ce ralentissement putain ! Cette doublette, c’est clairement l’une des meilleures entrées en matière que j’ai pu entendre ces dernières années… Ok, admettons, mais qu’en est-il du reste ? Ce n’est pas bien compliqué à expliquer : les fans de COFFINS le resteront, les autres ne s’y mettront toujours pas.

En effet, à peu de choses près, nous allons retrouver dans « Sinister Oath » tous les éléments clés de la personnalité du quatuor, à savoir : des instants foncièrement doom, à l’image du titre éponyme ou d’« Everlasting Spiral », des gros plombages de death rustres à souhaits, sans aucun artifice, le chant caverneux de Jun Tokita, toujours aussi méphitique, des solos arrachés (pour ne pas dire approximatifs voire inutiles même si rares), une production façon papier de verre et, bien entendu, la qualité intrinsèque des formations signées chez Relapse, à jamais une référence dans le milieu extrême. Un album sans imagination ? Peut-être bien oui, la marque d’AUTOPSY se fait toujours autant ressentir et je mentirais en disant que les Tokyotes ont fondamentalement revu leur façon de composer. Il me semble cependant que les deux styles principaux présents dans leur musique ont été davantage poussés que sur les sorties précédentes : le doom se fait plus écrasant, dominateur (« Everlasting Spiral »), le death plus radical, avec même un petit feeling death n’ roll sur « Chain », qui propose en outre des effets vocaux pour le moins surprenants.

Vous me direz qu’en termes d’innovation c’est plutôt maigre, je ne peux qu’acquiescer. Mais, encore une fois, se tourne-t-on vers les hommes de l’est en espérant autre chose que ce qu’ils ont l’habitude de produire ? Personnellement, je n’attends rien d’autre de la part de COFFINS qu’une solide ration de morbidité putride, ce groupe ayant tout de même une personnalité assez unique en dépit de ses influences. De plus, l’enchaînement des compositions est très bien pensé avec une alternance intelligente des tempos, ce qui permet à chacune d’elles d’être mise en évidence. J’irais même jusqu’à dire que je trouve le riffing davantage inspiré, bizarrement plus facilement mémorisable que par le passé, avec notamment un « Headless Monarch » dont le rythme et les lignes vocales ne sont pas sans me rappeler « Suffer the Children » (oui, j’ose le parallèle avec NAPALM DEATH). Ce sentiment est d’ailleurs global à l’ensemble du disque, qui passe à la vitesse d’un rouleau-compresseur afin de nous laisser savourer ces déboulés rythmiques surpuissants, les plus accrocheurs composés à ce jour serais-je tenté d’ajouter.

Avec cette sortie, COFFINS s’apprête à fêter son vingt-cinquième anniversaire de la plus belle des façons tant il laisse loin derrière la concurrence en matière d’OSDM. C’est lent, lourd, crade, inspiré, malsain, probablement néfaste en cas d’écoute prolongée, du grand art pour une formation toujours fidèle à sa ligne de conduite initiale.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
29/04/2024 20:47
note: 8/10
Très chouette album en effet.
Lestat citer
Lestat
29/04/2024 19:00
Merci de la chronique ; j'ai jeté une oreille et demie, ça me plaît bien également.
Et ça m'a rappelé que j'avais toujours "Beyond the Circular Demise" (leur album de 2019) à écouter ! Le moment de me rattraper.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Coffins
Doom Death Metal
2024 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  5.71/10

plus d'infos sur
Coffins
Coffins
Doom Death Metal - 1996 - Japon
  

formats
tracklist
01.   B.T.C.D.  (01:54)
02.   Spontaneous Rot  (04:32)
03.   Forced Disorder  (04:29)
04.   Sinister Oath  (05:42)
05.   Chain  (02:51)
06.   Everlasting Spiral  (08:55)
07.   Things Infestation  (03:41)
08.   Headless Monarch  (04:14)
09.   Domains of Black Miasma  (06:28)

Durée : 42:46

line up
parution
29 Mars 2024

Essayez aussi
Mouflon
Mouflon
Pure Filth

2022 - Raw Skull Recordz
  
Unearthly Rites
Unearthly Rites
Ecdysis

2024 - Prosthetic Records
  
Cold Insight
Cold Insight
Further Nowhere

2017 - Autoproduction
  
Sepulcros
Sepulcros
Vazio

2021 - Transcending Obscurity Records
  
Soulburn
Soulburn
Earthless Pagan Spirit

2016 - Century Media Records
  

My Dying Bride
The Light At The End Of The...
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Full Of Hell
Coagulated Bliss
Lire la chronique
Hyperdontia
Harvest Of Malevolence
Lire la chronique
Hardened
Pale Eternal Fog
Lire la chronique
Sol
Promethean Sessions
Lire la chronique
Ernte
Weltenzerstörer
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique