chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
95 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sermon - Till Birth Do Us Part

Chronique

Sermon Till Birth Do Us Part
Si la Turquie est généralement connue pour ses groupes de black ou de death ravageurs, grâce à SERMON, le doom va pouvoir être ajouté à son musée des horreurs. Le groupe ne s’est pas pressé : entre la première démo « Cosmic Prisoner » et ce premier album « Till Birth Do Us Part », il s’est écoulé pas moins de vingt-cinq ans, les membres n’ont a priori pas une activité musicale de dingue à côté, donc, pourquoi ? Allez, on décide communément de s’en foutre ? Ça marche.

Je me pose quand même la question, l’intitulé c’est un hommage à la chanson de l’album éponyme de MÖTLEY CRÜE ? Allez, cela aussi on va décider de s’en moquer. Il reste quoi du coup ? Devoir discuter de musique ? SERMON joue long (huit titres pour près d’une heure de musique) mais il ne me faudrait réellement que quelques mots pour résumer la teneur de ce LP. En synthèse : tu prends un shaker et tu mélanges du PARADISE LOST, du MY DYING BRIDE, du TYPE O NEGATIVE et, élément plus surprenant, un bon vieux soupçon de CELESTIAL SEASON (« Fawless Entropy » par exemple) et là je sais que je retiens l’attention de tous ceux qui ont écouté du gothique et du doom dans les années 90. Car oui SERMON a les deux pieds dans le passé et son album aurait sans problème pu sortir en 1995. De là à me prononcer quant au fait que ce soit une bonne chose ou non…

Bon, musicalement parlant je reconnais que c’est du boulot sérieux et que les Turcs ont mis le paquet, peut-être grâce au label Bitume, pour soigner autant le fond que la forme. La pochette est certes classique mais elle fonctionne à merveille, la production tient plus que la route et, évidemment, les musiciens ont eu tout le temps nécessaire pour peaufiner leurs compositions afin d’en extraire le jus le plus noir. Le trio se débrouille bien pour développer tout au long du disque une mélancolie prenante qui ne tombe jamais dans l’apitoiement et je pense que les plus nostalgiques d’entre nous pourront trouver un intérêt certain à « Till Birth Do Us Part ». De mon côté, en tant que peine-à-jouir invétéré, je campe sur mes positions : si j’ai envie de ce genre musical, je me remets un « Solar Lovers » ou, encore mieux, « Like Gods of the Sun », et c’est marre. De là à penser que tout ce qui est récent ne m’intéresse pas, il y a un pas que je ne franchirai pas mais SERMON reste bien trop dans la référence pour susciter autre chose chez moi qu’un acquiescement d’estime, tout en me demandant ce que le groupe sera en mesure de proposer à l’avenir, si tant est qu’il soit enfin décidé à arrêter les démos et à lancer pleinement sa carrière.

Ce disque n’est donc pas mauvais en soi mais pas vraiment bon non plus : les compositions restent trop uniformes pour espérer autre chose que des encouragements sincères. Mais sait-on de quoi demain sera fait ? Peut-être que SERMON sortira l’un des meilleurs albums de rétro doom death qui soit, ce dont je serai le premier ravi. En attendant, il faudra se contenter d’un hommage, un bel hommage j’en conviens, qui manque encore un peu de sel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Lestat citer
Lestat
21/05/2024 10:47
Je l'avais écouté et je plussois tout à fait, surtout au niveau des sonorités PARADISE LOST. Ca s'écoute bien mais rien de transcendant, j'aurais mis la même note.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sermon
Gothic Doom Metal
2024 - Bitume
2023 - Bitume
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  8.17/10

plus d'infos sur
Sermon
Sermon
Gothic Doom Metal - 1997 -
  

formats
tracklist
01.   Posthomous  (08:41)
02.   Sliver/Splinter  (06:11)
03.   Flawless Entropy  (06:59)
04.   Requitement  (06:33)
05.   Cerulean  (07:11)
06.   Destined to Decline  (08:53)
07.   Gnostic Dissensus  (04:18)
08.   The Jupiterian Effect  (08:00)

Durée : 56:46

line up
parution
10 Février 2023

Essayez aussi
Ava Inferi
Ava Inferi
Burdens

2006 - Season Of Mist
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Obsidian

2020 - Nuclear Blast Records
  
Near Death Experience
Near Death Experience
Brief is the Light

2024 - M&O Music / Indépendant
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Gothic

1991 - Peaceville Records
  
Les Enfants de Dagon
Les Enfants de Dagon
De Profundis

2022 - Sliptrick Records
  

Mutoid Man
War Moans
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Full Of Hell
Coagulated Bliss
Lire la chronique
Hyperdontia
Harvest Of Malevolence
Lire la chronique
Hardened
Pale Eternal Fog
Lire la chronique
Sol
Promethean Sessions
Lire la chronique
Ernte
Weltenzerstörer
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique