chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
174 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Serpentine Path - Serpentine Path

Chronique

Serpentine Path Serpentine Path
Où on apprend que ce qui vaut pour un EP ne vaut pas forcement pour un album. Le duo Erebus/Depravity avait tout de la prometteuse porte ouverte préparant un premier jet déjà imaginé incontournable et accentuant davantage la popularité d’un groupe attendu par les amateurs d’Unearthly Trance – qui compose les trois quart du quatuor – et Tim Bagshaw, ancien guitariste de Ramesses (et bassiste d’Electric Wizard, présent ici à la guitare). Deux icônes des musiques lourdes dernièrement au top, l’une avec le testament V, l’autre avec Possessed By The Rise Of Magik, il est d’autant plus inexplicable que cet éponyme de quarante-trois minutes donne l’impression d’instituer le ronflement comme ultime riff doom.

Erebus/Depravity charmait par son austérité et sa linéarité lui donnant une aura sinistre où, dans un monde d’aveugle, le cyclope est Roi, même avec une vision unilatérale et majoritairement faite d’ombres. L’expérience longue-durée, en ressassant sa seule formule sur chaque composition, devient trop austère et trop linéaire, transformant l’absence de vie en vide pénible. C’est que le sacro-saint morne demande un semblant de séduction de l’abîme pour captiver et Serpentine Path s’offre d’emblée sans mystère : dès « Arrows », les atouts sont déballés, les guitares entre le Ramesses de Misanthropic Alchemy et un Unearthly Trance dépourvu de ses racines core s’égrainant au rythme d’une voix growlant d’un ton monocorde. La production a beau clapoter ce qu’il faut pour faire accepter une propreté excessive, rien n’y (est) fait, l’absence de variations (que savait éviter Erebus/Depravity par l’ajout de longues leads se retrouvant avec peine ici sur « Compendium Of Suffering » et « Obsoletion ») n’est rattrapée ni par l’ambiance, ni par des riffs au tempo proche du chiffre, ces derniers n’allumant aucune envie d’aller plus loin…

… ce qui peut être considéré comme l’atout principal de l’œuvre. Il serait inexact de dire que ce disque définitivement marqué de la patte d’Unearthly Trance (dont les créations continuent de faire débat autour de leur profondeur/néant) n’entraine pas un certain degré de fascination, l’ennui devenant de temps à autre neurasthénie de titan. En cela, « Only A Monolith Remains » et « Crotalus Horridus Horridus » ont été à raison laissée au public avant la sortie de l’album, celles-ci présentant ce que les Américains peuvent transmettre d’impalpable et assommant. Ci-gît le problème fondamental de la musique de la formation : certains y verront probablement une belle pierre posée en l’honneur du doom/death tellement occulte qu’y sourdent les cris d’un peuple marchant vers le règne de la brume et l’obscurité (la belle pochette sera alors un indice de choix pour transmettre l’atmosphère de l’ensemble), d’autres diront que, comme la polenta que les épaisses « Bats Amongst Heathens » et « Aphelion » appellent, elle est un plat traditionnel, consistant à peu de frais mais ne restant pas moins destiné aux pauvres dont la fringale de géant à encéphalogramme rectiligne n’a pas été satisfaite. On pourra accuser cette chronique type « la balle est dans votre camp » d’être aussi détaillée que les morceaux sans étonnements de Serpentine Path ; je pense cependant que la note laisse suffisamment deviner dans quel groupement d’opinions placer la mienne.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
10/06/2014 14:55
note: 8/10
Krokodil a écrit : bonjour, des fois il arrive qu'effondrement des sols, aussi monumental puisse t'il être, rime avec mi-molle

Silence enculé ! Bon avec le temps son côté monochrome total le rend particulièrement suffocant, d'où la nouvelle note.
lkea citer
lkea
14/03/2013 15:44
note: 5/10
Tom Araya a écrit : avant vérification c'était exact aussi

ça n'empêche de vérifier par soi-même... Et sinon le disque ? Un avis ?
Invité citer
Tom Araya
14/03/2013 14:55
Ikea a écrit : Zuste pour la remarque a écrit : tim bagshaw jouait déjà de la guitare dans Ramesses

Après vérification, c'est exact ! Merci pour la remarque, je modifie !


avant vérification c'était exact aussi
Invité citer
Krokodil
22/10/2012 18:31
bonjour, des fois il arrive qu'effondrement des sols, aussi monumental puisse t'il être, rime avec mi-molle
Momos citer
Momos
20/10/2012 14:07
Ecouté un peu auparavant. Et c'était une bonne impression que j'avais.
lkea citer
lkea
19/10/2012 19:03
note: 5/10
Zuste pour la remarque a écrit : tim bagshaw jouait déjà de la guitare dans Ramesses

Après vérification, c'est exact ! Merci pour la remarque, je modifie !
Invité citer
Zuste pour la remarque
19/10/2012 18:45
tim bagshaw jouait déjà de la guitare dans Ramesses
damhxc citer
damhxc
19/10/2012 10:49
du lourd pour du lourd mais sans grand Intérêt mais plutot plaisant.....
lkea citer
lkea
19/10/2012 10:14
note: 5/10
gulo gulo a écrit : Zzz

Aka "l'ultime riff doom"
gulo gulo citer
gulo gulo
19/10/2012 10:12
Zzz

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Serpentine Path
Doom / Death
2012 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs : (3)  6.67/10
Webzines : (24)  7.24/10

plus d'infos sur
Serpentine Path
Serpentine Path
Doom / Death - 2011 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Arrows
02.   Crotalus Horridus Horridus
03.   Bats Amongst Heathens
04.   Beyond The Dawn Of Time
05.   Obsoletion
06.   Aphelion
07.   Compendium Of Suffering
08.   Only A Monolith Remains

Durée : 43 Mns

line up
parution
11 Septembre 2012

voir aussi
Serpentine Path
Serpentine Path
Erebus/Depravity (EP)

2012 - Parasitic Records
  
Serpentine Path
Serpentine Path
Emanations

2014 - Relapse Records
  

Essayez plutôt
Worm
Worm
Gloomlord

2019 - Iron Bonehead Productions
  
Swallowed
Swallowed
Lunarterial

2014 - Dark Descent Records
  
Innumerable Forms
Innumerable Forms
Punishment In Flesh

2018 - Profound Lore Records
  
Spectral Voice
Spectral Voice
Eroded Corridors Of Unbeing

2017 - Dark Descent Records
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Grengus

2012 - Doomentia Records
  

Entombed
Uprising
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Spectral Voice
Sparagmos
Lire la chronique
Release Party
Ataraxie + Déhà + Marche Fu...
Lire le live report
Silhouette + Skaphos + Versatile
Lire le live report
Dream Unending / Worm
Starpath (Split-CD)
Lire la chronique
Bilan 2023
Lire le bilan
Kaamosmasennus
Le jour ne se lève plus
Lire la chronique
Vastum
Inward To Gethsemane
Lire la chronique
Convocation
No Dawn for the Caliginous ...
Lire la chronique
On Thorns I Lay
On Thorns I Lay
Lire la chronique