chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
168 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

OTDHR - Maraud

Chronique

OTDHR Maraud
Le maraud est un misérable, un vaurien et c’est donc ainsi qu’OTDHR a nommé son premier album, directement édité chez Cold Dark Matter Records, label connu pour avoir hébergé en son sein l’excellentissime REVERENCE ou encore RED HARVEST. Donc, à priori, il ne faut pas être la dernière des pommes pour bénéficier d’un contrat chez eux, chose qui se confirme à l’écoute des cinquante minutes que durent ces sept compositions. En revanche, je vais quand même prendre quelques lignes pour faire les présentations car il me semble assez évident que peu d’entre-nous (moi le premier) aient déjà entendu parler de ON THE DAMNED HUMAN RACE, abrégé en OTDHR pour une mémorisation plus aisée, à moins que ce ne soit pour le mystère de l’acronyme mais, peu importe, c’est un nom qui claque bien et que porte encore mieux cette formation décidément peu encline à la gaudriole.

Le quatuor nous vient de Bordeaux, le chanteur a déjà usé ses cordes vocales du côté d’ARMS OF RA et du plus confidentiel MORTUAIRE (doom death metal), le disque bénéficie d’une pochette totalement hermétique qui ne dit absolument rien de son contenu, un peu à la manière du premier MUR, et ce même s’il n’y a aucun lien entre les deux disques : en effet, ici, on va causer raw black metal, ambiant doom voire drone et noise. Pas vraiment un truc de fêtes foraines donc. Quelque part, on pourrait dire que l’on est face à l’enfant bâtard de SPEKTR et d’une mère inconnue mais fort probablement atteinte de diverses maladies mentales incurables, encore mal dégrossi, sale, rustre, lorgnant un peu sur le décolleté avantageux d’un sludge metal crasseux notamment du fait d’une basse quasi abyssale qui confère à elle seule une profonde noirceur à chaque titre.

Par conséquent, il faut être solide dans sa tête ne serait-ce que pour surmonter l’introduction bruitiste de « Atucha » avant de se faire enchaîner avec le black sordide de « III ». Rien ici n’a été écrit pour rendre l’écoute confortable, encore moins agréable. D’ailleurs, cette alternance d’ambiance sera présente tout au long de l’album, aussi vaudrait-il mieux être à l’aise avec de trucs tels que BRIGHTER DEATH ROW ou GNAW THEIR TONGUES mais également avec la cruauté du bm scandinave des 90’s pour savourer pleinement « Maraud ». Il faut dire que ni la technique ni le raffinement ne font partie du vocabulaire d’OTDHR, groupe malfaisant s’il en est dont la seule échappatoire se situe toujours plus bas, au plus profond d’une fange industrielle où les clous rouillés des bracelets s’amalgament à la structure mourante d’une usine abandonnée. C’est opaque, malsain, inquiétant, belliqueux.

Du côté de la production, on est sur un son en adéquation totale avec les ambitions affichées. Les mecs ne vont pas jusqu’à tomber dans le Lo-fi mais ils se contentent du minimum syndical pour glavioter leur dégoût de l’humanité, cet aspect grésillant étant in fine la meilleure option possible pour que « Maraud » laisse exprimer son plein potentiel. Il est même parfois difficile de distinguer le chant des instruments tant celui-ci se mue en un long hurlement plus « atmosphérique » que mélodique, présent à mon sens uniquement pour sa capacité de nuisance indéniable et sa faculté à atteindre des tessitures que les guitares ne pourraient couvrir. Autrement dit, c’est la dernière couche de folie sur un mille-feuille d’abjection. Mon seul reproche serait peut-être les cinq minutes de blanc avant le début de « Mochovse », pas vraiment nécessaires même si elles permettent une coupure tant ce titre tranche nettement par rapport au reste du LP, avec juste cette basse sourde et cette angoisse permanente que ça finisse par nous exploser à la gueule.

Si vous êtes dans le Sud-Ouest, il y a des chances que vous ayez la possibilité de voir OTDHR sur scène, il a par exemple récemment joué à L’Antidote en compagnie de SPIT THE CURSE dont j’ai ici récemment parlé, et je suis pour ma part curieux de voir comment le groupe retranscrit son alternance black / noise en Live mais une chose est sûre : ce doit être noir de chez noir (je salue Muriel Robin, si tu nous lis). Avec un style aussi radical que clivant, les Bordelais auront peut-être du mal à trouver leur public mais si les prochaines sorties creusent cette veine, l’exploitent à fond et en régurgitent toujours une telle mélasse, il y a des chances que je fasse partie des clients. A suivre, avec attention et prudence (on ne va pas s’ouvrir les veines en fin d’année, cela gâcherait les fêtes).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
OTDHR
Black Doom Noise Metal
2022 - Cold Dark Matter / Cold Dark Matter Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
OTDHR
OTDHR
Black Doom Noise Metal - 2017 - France
  

formats
  • Digital / 04/11/2022 - Cold Dark Matter, Cold Dark Matter Records

écoutez
tracklist
01.   Atucha  (04:05)
02.   III  (05:50)
03.   Borssele  (05:33)
04.   IV  (05:47)
05.   Cernavoda  (04:15)
06.   VI  (12:06)
07.   Mochovse  (12:54)

Durée : 50:30

line up
parution
4 Novembre 2022

Essayez aussi
P.H.O.B.O.S.
P.H.O.B.O.S.
Atonal Hypermnesia

2012 - Megaton Mass Products
  
Rorcal / Earthflesh
Rorcal / Earthflesh
Witch Coven (Coll.)

2021 - Hummus Records
  

Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Mongolito
Pure
Lire la chronique
Siege Of Power
This Is Tomorrow
Lire la chronique
Kyzyl Kum
Kyzyl Kum
Lire la chronique
Black Metal de Marseille des années 90 : Les PRESQUE Légions Noires du sud
Lire le podcast
Campaign for Musical Destruction Tour 2023
Escuela Grind + Siberian Me...
Lire le live report
Azken Auzi
Azken Auzi
Lire la chronique
Grégaire
Untitled Album
Lire la chronique
Temnein
Fables: Devouring Desires (EP)
Lire la chronique
Bilan 2022
Lire le bilan
Astriferous / Bloodsoaked Necrovoid
Astriferous / Bloodsoaked N...
Lire la chronique
Katatonia
Sky Void Of Stars
Lire la chronique
Opal Insight
Heir to Anger
Lire la chronique
Les sorties de 2022
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Dream Unending
Song Of Salvation
Lire la chronique
Cérémonie des Sakrif'or 2022 / Black Metal Awards (feat. guests)
Lire le podcast
Shape Of Despair
Return To The Void
Lire la chronique
Prognathe
Homo Miserhabilis (EP)
Lire la chronique
Elder
Innate Passage
Lire la chronique
Pourquoi les FEMMES sont si méchantes (dans le black metal)
Lire le podcast
Epitaphe
II
Lire la chronique
Seep
Hymns To The Gore
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Trouble
Run To The Light
Lire la chronique
Trouble
The Skull
Lire la chronique
Deumus
Oyer and Terminer
Lire la chronique
Ereb Altor
Vargtimman
Lire la chronique
Les Enfants de Dagon
De Profundis
Lire la chronique
Gargantuan Blade
Gargantuan Blade
Lire la chronique
Deliverance
Neon Chaos in a Junk​-Sick ...
Lire la chronique