chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
176 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gesso - Nuncas os céus se tornarao lugares

Chronique

Gesso Nuncas os céus se tornarao lugares
Quelle étrange formation que GESSO… Evidemment, je n’avais jamais entendu parler d’elle malgré un EP paru en 2011 (« Nevoa baixa, sol que racha ») suivi d’un LP en 2013 (« Howling Grace ») mais son absence de près de dix ans n’a pas dû aider à accroître, si ce n’est asseoir, sa renommée. Pourtant, voilà que sort en ce mois d’avril un nouvel album intitulé « Nuncas os céus se tornarao lugares », ce qui signifie approximativement en portugais : « Ne laissez jamais les cieux devenir des lieux ». C’est beau non ? Poétique à souhait. Je ne sais pas pourquoi, j’ai le sentiment qu’on ne va trop se fendre la poire en l’écoutant, heureusement que je garde toujours un paquet de mouchoirs à côté de mon ordinateur…

Au niveau du style pratiqué, nous sommes sur un doom stoner légèrement psychédélique, les influences principales étant à aller chercher du côté des Américains de PENTAGRAM ou évidemment de BLACK SABBATH, le tout interprété avec une guitare fuzz, ce qui par conséquent confère un son dont on peut affirmer qu’il est proprement stoner. A priori, rien de bien original, nous pourrions faire grise mine tout en dédaignant d’une main hautaine ce disque tendu. J’aurais pu réagir ainsi, c’eut alors été une (petite) erreur. En effet, si la musique de GESSO ne déroge pas à ce que l’on connaît du genre évoqué (des rythmes lents, des riffs répétitifs, des structures simples, des montées et des baisses de tension au gré de l’intensité de la distorsion ainsi que de la force de frappe du batteur, une ambiance à faire déprimer un croque-mort), s’inscrivant ainsi dans un classicisme absolu, le groupe dispose cependant d’un atout de choix en la personne de son chanteur. Ce dernier possède une espèce de voix mélodique, « glissante », vaporeuse, languissante, rampante, traînante, les qualificatifs me font un peu défaut aujourd’hui, qu’il met au service de lignes de chant dont la portée émotionnelle fait à chaque fois mouche. Mon petit cœur est touché.

Ce n’est pas tout. Il y a systématiquement dans chacune de ces quatre longues compositions (entre six et dix minutes, éthique doom oblige) une petite trouvaille sonore, un truc discret en toile de fond qui modifie foncièrement l’écoute au casque et je ne parle pas de mettre deux gouttes de citron dans la purée pour changer le goût (hommage à Dieudo). Ainsi, les quelques notes sifflées dans « Cinzas » avec en arrière-plan l’impression que quelqu’un joue à un Simon (vous avez la référence ? C’était un jeu des années 80) font basculer le morceau dans une tout autre dimension, bien plus personnelle et originale, sans compter que cela instaure une ambiance de moribond. Idem avec l’incursion d’un très subtil saxophone au sein de « Homens se tornam réus » où, là encore, des espèces de sonorités électroniques futuristes viennent contrebalancer le côté passéiste de l’instrumentation.

Il n’y a guère que « Berço em flor », dont le riff principal est définitivement celui d’« Iron Man », qui me convint moins même si le passage basse – batterie en plein milieu du titre est vraiment bien trouvé, toujours accompagné de ces étranges nappes sonores qui n’apportent aucune mélodie supplémentaire, juste une atmosphère aussi déstabilisante qu’angoissante et qui va crescendo jusqu’au terminus de l’album.

Pour tout dire, je suis sincèrement surpris, voire conquis, par le travail que GESSO vient de réaliser sur « Nuncas os céus se tornarao lugares ». Il n’invente pas, s’appuie sur des codes musicaux totalement élimés mais parvient néanmoins à proposer quelque chose de singulier avec trois fois rien : une note, un son placé pile au bon moment, je pense que si j’avais été en dépression profonde j’aurais versé une petite larmichette.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gesso
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gesso
Gesso
Doom - 2011 - Portugal
  

formats
tracklist
01.   Não Me Levem  (06:25)
02.   Cinzas  (07:25)
03.   Homens Se Tornam Réus  (08:02)
04.   Berço Em Flor  (09:46)

Durée : 31:38

parution
12 Avril 2023

Essayez aussi
Funeral
Funeral
Oratorium

2012 - Grau Records
  
Godgory
Godgory
Way Beyond

2001 - Nuclear Blast Records
  
Caronte
Caronte
Yoni

2017 - Ván Records
  
Green Carnation
Green Carnation
A Blessing In Disguise

2003 - Season Of Mist
  
Mourning Beloveth
Mourning Beloveth
Formless

2013 - Grau Records
  

Cathedral
In Memorium (Démo)
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Coffins
Sinister Oath
Lire la chronique
Castle Rat
Into The Realm
Lire la chronique
European Tour - Spring 2024
Bell Witch + Thantifaxath
Lire le live report
BELL WITCH
Lire l'interview
Subterraen
In the Aftermath of Blight
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Civerous
Maze Envy
Lire la chronique
Slimelord
Chytridiomycosis Relinquished
Lire la chronique
Redstone
Immortal (EP)
Lire la chronique
Yawning Man
Long Walk Of The Navajo
Lire la chronique
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
Master + Napalm Death + Pri...
Lire le live report
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Spectral Voice
Sparagmos
Lire la chronique
Release Party
Ataraxie + Déhà + Marche Fu...
Lire le live report
Silhouette + Skaphos + Versatile
Lire le live report
Dream Unending / Worm
Starpath (Split-CD)
Lire la chronique
Bilan 2023
Lire le bilan
Kaamosmasennus
Le jour ne se lève plus
Lire la chronique
Vastum
Inward To Gethsemane
Lire la chronique
Convocation
No Dawn for the Caliginous ...
Lire la chronique
On Thorns I Lay
On Thorns I Lay
Lire la chronique